· 

Caractéristiques des plantes herbacées

Apprenez à connaitre les caractéristiques principales des plantes herbacées pour savoir en prendre soin.

Dans un article précédent, je vous ai présenté les grands types de plantes à connaître : caduques/persistantes et ligneuses/herbacées.

Parlons aujourd'hui des plantes herbacées.

Le monde des plantes herbacées est merveilleux et tellement vaste ! Comment s'y retrouver ?

A l'aide de cet article, commencez déjà par apprendre à connaître leurs caractéristiques principales pour être en mesure d'en prendre soin et de les associer à l'infini...

Bonne découverte 😉

Annuelle versus vivace

Définitions

  • Une plante annuelle effectue l'ensemble de son cycle de vie sur 1 an, puis meurt. C'est le cas des cosmos, de la bourrache, de la capucine, des salades, du coquelicot,... Nombreuses sont les plantes cultivées en annuelles chez nous mais qui sont en réalité vivaces dans leur environnement d'origine : seules les basses températures de l'hiver ont raison d'elles (pélargonium, impatiens, basilic ...)
  • Une plante vivace ne dépérit pas (ou du moins vit quelques années) et réitère son cycle année après année sur la même souche. Si la plante est caduque, elle va disparaitre l'hiver mais renaitra de sa souche au printemps (asters, coeur de Marie, achillée, ancolie, hosta, ...). Si elle est persistante, elle restera bien présente au jardin (ophiopogon, carex, heuchère, ...)
  • Et la petite particulière, c'est la bisannuelle : elle effectue son cycle sur 2 ans avant de mourir. En général, elle fait son feuillage la première année et fleurit la seconde. C'est le cas de la rose trémière, par exemple.

Souvent, les annuelles et bisannuelles ont une floraison intense et se ressèment bien car la nature veut être sûre qu'elles feront de nombreuses petites plantes l'année suivante pour pérenniser l'espèce.

 

Conséquences sur leur utilisation

  • Il est intéressant de mélanger : les vivaces pour structurer, les annuelles pour l'éclat. 
  • Les annuelles sont intéressantes pour réveiller un coin du jardin en attendant de savoir vraiment ce que l'on veut y faire à terme.

Conséquences sur les soins à leur apporter

  • La difficulté des plantes vivaces, en particulier des caduques, est de savoir reconnaitre les jeunes pousses pour ne pas risquer de les 'désherber'. Je mets toujours un petit repère (section de petit bambou) pour les repérer.
  • Les annuelles, elles, doivent être ressemées tous les ans, ce qui peut être fastidieux, mais permet le changement régulier.

Les petites plantes herbacées à réserves souterraine : bulbe, rhizome, corme, …

Définitions

Il s'agit de la partie souterraine de certaines plantes herbacées, qui renferme ses réserves nutritives pour lui permettre de passer l'hiver en terre et de renaitre à une période plus favorable.

Il existe plusieurs types de réserves souterraines :

  • Le bulbe : le plus connus. L'embryon de plante avec sa tige est entouré d'écailles renflées (feuilles modifiées) qui contiennent les réserves. Un exemple typique de bulbe que tout le monde connait : l'oignon !! Les tulipes, jacinthes et narcisses sont également des bulbes.
  • Le corme ressemble au bulbe mais il est plus aplatit. Il s'agit cette fois d'une tige renflée qui contient les réserves. Le tout est entouré de quelques feuilles séchées. C'est le cas des crocus et des glaïeuls par exemple.
  • Le rhizome se présente comme une tige souterraine renflée. c'est cette tige qui contient les réserves. Les anémones des bois et le muguet, par exemple, sont des plantes à rhizome.
  • Pour le tubercule, c'est une partie de la racine qui est renflée et contient les réserves. L'exemple le plus connu : la pomme de terre !! Il y a aussi les dahlias. 

 Conséquences sur leur utilisation

  • Toutes ces plantes sont bien pratiques car elles ne prennent pas beaucoup de place en terre et agrémentent la strate basse d'un massif.
  • On peut facilement les ajouter dans les 'trous' entre les plantes en place. 

Conséquences sur les soins à leur apporter

  • Tous ces organes de réserve se régénèrent pour l'année suivante en 'pompant' les ressources de la plante une fois défleurie. C'est pourquoi il ne faut pas couper les feuilles qui jaunissent en fin de floraison : il faut attendre que le feuillage soit complètement sec, sinon, votre plante perdra de son énergie pour repousser l'année suivante.
  • Il faut anticiper leur plantation et choisir le bon moment : les bulbes (et autres) à floraison printanière doivent être plantés à l'automne. Ceux à floraison estivale seront plantés au printemps.

Mode de croissance

Définitions

Je distingue ici 3 catégories principales de mode de croissance des plantes herbacées :

  • Les plantes stolonifères se multiplient grâce à leurs stolons. Ce sont des racines aériennes qui grandissent à ras de terre et s'enracinent ça et là pour créer une nouvelle plante. C'est le cas, par exemple, des fraisiers, du lierre terrestre et de la pervenche.
  • Les plantes rizhomateuses se multiplient grâce à leurs rhizomes. Ce sont des racines souterraines qui croissent de manière horizontale et génèrent ça et là de nouvelles pousses. Certains sont dits traçants et se propagent rapidement (la plupart des bambous, le chiendent, le muguet, nepeta, ...); d'autre sont non traçants et se propagent moins rapidement (la pivoine, les bambous dits 'non traçants', le lis des incas, ...). Le gingembre est un rhizome comestible !
  • Les plantes cespiteuses poussent en touffe dense. C'est le cas de nombreuse graminées, le carex, l'ophiopogon, ... 

Conséquences sur leur utilisation

  • Les rhizomateuses et stolonifères ont tendance à s'étaler rapidement. Elles sont intéressantes en couvre-sol rapide.
  • Les cespiteuses persistantes sont intéressantes pour apporter de la structure à un massif.

Conséquences sur les soins à leur apporter

  • Vous devrez avoir à l'oeil les stolonifères et les rhizomateuses traçantes pour les contenir à leur place si besoin.
  • Selon le mode de croissance, vous saurez comment multiplier vos plantes :
    • les touffes de cespiteuses doivent être déterrées, scindées à le bêche, et replantées par morceaux; 
    • sur les stolonifères, prélever les jeunes plants sur les stolons et les replanter à l'endroit désiré;
    • pour les rhizomateuses, déterrer une partie des rhizomes, les séparer et les replanter à l'endroit souhaité.

Conclusion

Vous savez maintenant l'essentiel sur les plantes herbacées. Il ne vous reste plus qu'à les associer dans votre jardin pour créer de superbes scènes. 🤩

Crédit photos et dessins : Sandrine Tellier (sauf précision contraire en légende de photo)

🦊 Cet article vous a plu ? Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveautés ! 🦋

Écrire commentaire

Commentaires: 0