· 

A la rencontre d’Arom’antique, pépinière de plantes aromatiques

Interview avec Laurent Bourgeois, son fondateur

Arom'antique. Quel nom poétique pour une pépinière de plantes aromatiques médiévales ! 

Je dois avouer que c'est une de mes pépinières préférées : des plantes de qualité, bio, et un couple de pépiniéristes passionnés : Katia et Laurent Bourgeois.

Lors de la fête des plantes de Saint Jean de Beauregard, le 28 mai, j'ai eu le privilège d'interviewer Laurent. Il a accepté volontiers de m’accorder quelques instants pour mieux découvrir et faire découvrir l’univers des aromatiques qu’il produit… Merci encore Laurent !

Les origines d’Arom’antique …

S. Tellier :

Peux-tu nous raconter l’histoire de la pépinière et l’origine du nom Arom’antique ?

 

L. Bourgeois :

Arom’antique fait référence à l’histoire, aux plantes anciennes…

Lors de la création de la pépinière, nous avons été aidés par une historienne qui a recherché toutes les plantes utilisées à l’époque médiévale et sur la base de ses recherches, on a créé notre pépinière. Cette historienne avait travaillé pendant 3 ans en collaboration avec d’autres pépinières pour retrouver toutes les plantes aromatiques qui étaient utilisées à l’époque médiévale. Sur ces recherches, nous avons donc créé notre collection.

La pépinière a été créée en 1992 avec l’aide du Lycée Horticole de Romans sur Isère qui soutenait les jeunes porteurs de projets innovants dans leur installation.

Un large panel de plantes aromatiques proposé…

S. Tellier :

Combien de variétés de plantes aromatiques proposes-tu sur la pépinière ?

 

L. Bourgeois :

On a plus de 500 variétés différentes de plantes aromatiques avec une grosse gamme de plantes anciennes et des collections importantes dans le genre menthes, thyms, sarriettes, origans.

Par exemple, nous avons 70 variétés de menthe, 80 variétés de romarin différentes. Nous avons des collections dans des gammes particulières.

Des conseils pour le débutant …

S. Tellier :

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu pour avoir des aromatiques chez soi ?

 

L. Bourgeois :

Le fait d’avoir une collection n’est pas antinomique avec des personnes qui ne connaissent pas les aromatiques.

Au contraire, l’avantage de proposer une large collection est de s’adapter à chaque type de jardin. Par exemple, certains romarins sont très spécifiques aux zones très arides tandis que d’autres résistent à l’humidité de la région parisienne. Ce qui permet de répondre à différents besoins et d’orienter les gens et de les satisfaire en leur proposant des choses adaptées à leurs besoins en termes de culture et de sensibilité culinaire, médicinale.

Ce n’est pas quelque chose d’élitiste mais peut concerner Monsieur et Madame Toutlemonde où chacun peut trouver LA plante.

 

S. Tellier :

Quelles plantes pourrais-tu conseiller en termes de facilité de culture ?

 

L. Bourgeois :

Je pourrais conseiller les menthes dans un premier temps ; souvent les enfants qui commencent le jardinage aiment bien planter les menthes. Elles sont faciles de culture et on arrive très facilement à les utiliser : une feuille de menthe en infusion ou quelques feuilles sur une salade de fraise... c'est d’une simplicité très enfantine.

De plus il y a une diversité très étonnante chez les menthes : nous proposons des menthes qui sentent la banane, le citron, le chocolat... Une plante à la fois facile et originale.

Et les plantes de sorcières, parlons-en …

S. Tellier :

J’ai vu sur ton site que tu parlais de plantes de sorcières, ça m’a bien intriguée. Tu peux nous en dire plus ?

 

L. Bourgeois :

Cela fait partie de toutes ces plantes médiévales du Moyen-Age où l’on utilisait énormément de plantes à la fois pour consommer, se soigner. On pouvait faire des baumes un peu particuliers avec de la belladone, mandragore qui sont des plantes toxiques, utilisées par les sorcières au Moyen-Age. La belladone permettait notamment d’agrandir les pupilles des yeux, ce qui était un signe de beauté chez les femmes.

 

S. Tellier :

Tu as des potions magiques ?

 

L. Bourgeois :

Ce sont des plantes tellement toxiques qu'on les propose à la vente avec des utilisations uniquement décoratives. On ne conseille à personne de les utiliser car il faut y aller avec parcimonie.

Il faut éviter d'utiliser ces plantes trop toxiques !

Une plante, une multitude de recettes …

S. Tellier :

Quelle serait ta plante préférée ? A utiliser dans quelles recettes ?

 

L. Bourgeois :

J’aime toutes mes plantes, elles ont toutes des intérêts.  Si je devais en mettre une en valeur, ça serait l’Hysope. C’est une plante qui regroupe tout ce que j’aime chez les plantes aromatiques : elle résiste aux conditions climatiques extrêmes, c'est une plante médicinale (soigne les bronches et la toux), culinaire (on l’utilise avec des pommes de terre, haricots, grillades, toutes sortes de préparations). C’est aussi une plante très belle avec une floraison violette dans son espèce type (et on peut avoir des espèces à fleurs blanches, roses et à port rampant).

Et cette plante a traversé les siècles ; utilisé à l’époque à l’antiquité, par les hébreux pour purifier les lieux saints.  Il y a une histoire qui est importante. Elle regroupe la richesse historique, des plantes médicinales, culinaires et ce sont de très belles plantes.

Le mot de la fin

Un grand merci à Laurent pour cet échange !

Je suis repartie de Saint Jean de Beauregard avec de la menthe pamplemousse, de la menthe citron, de la coriandre, de l'hysope, de l'épinard arbustif, de la coriandre vietnamienne, de la ciboule... Un vrai bonheur !

Je ne peux que vous conseiller d'aller découvrir sa collection de plantes aromatiques sur le site internet de la pépinière : https://www.plantearomatique.com

Crédit photos et dessins : Sandrine Tellier (sauf précision contraire en légende de photo)

🦊 Cet article vous a plu ? Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveautés ! 🦋

Écrire commentaire

Commentaires: 0